Ma démarche

Ecologie : science ayant pour objet les relations des êtres vivants avec leur environnement, ainsi qu’avec les autres êtres vivants. (Larousse)

Le véritable déclic s’est produit à la lecture du livre de Béa Johnson, Zéro Déchet. Ce livre m’a tout d’abord conforté dans l’idée qu’on pouvait aller très loin dans la réduction des déchets ultimes, ceux qui finissent en décharge ou dans les incinérateurs. Mais j’ai appris bien davantage ! J’ai compris que la voie vers le Zéro Déchet conduit non seulement à avoir une planète plus propre, mais également à avoir une maison et une alimentation plus saines. Ainsi, les bienfaits de la démarche Zéro Déchet dépassent le désencombrement de nos décharges. Ce mode de vie plus sain me permet aujourd’hui de cultiver un état d’esprit plus positif, de me libérer de certains carcans sociaux, de m’engager davantage en faveur de mes principes et aspirations personnelles. En un mot, de gagner ma liberté, notamment par le questionnement de mes habitudes de consommation.

Ainsi, s’engager sur la voie du zéro déchet c’est aussi remettre en cause les rouages de la société, ceux qui ne me conviennent pas, qui ne participent pas au bien-être du vivant (homme, animal, végétal), qu’ils soient politiques, sociaux, religieux ou économiques.

Ce site va donc vous sembler bien hétéroclite puisqu’on y trouvera la recette du déodorant maison pas très loin des combats féministes de Yoko Ono, la recette du sirop de menthe à côté des Pensées de Marc-Aurèle (oui oui, l’empereur romain du IIè siècle), les jolis quatrains d’Omar Khayyam au milieu de la décharge du film Super Trash. Ainsi, les catégories proposées dans le menu ne sont là que pour vous aider à cheminer, elles n’ont pas vraiment de sens et je les utilise de façon très libre.

C’est que j’ai compris récemment que beaucoup de choses sont liées, que notre bien-être tient à de nombreux facteurs que j’ai rassemblés sous l’idée des trois maisons. Notre esprit (appelez-le âme si vous le souhaitez) qui aspire à la paix et à la liberté, doit pouvoir travailler comme il faut pour dessiner notre « esthétique de vie » (Dominique Loreau). Pour qu’il fonctionne à son maximum, il doit être à l’abri grâce aux trois maisons qui le protègent : le corps, le logement, la planète. Je me permets de reprendre la phrase de Juvénal et de l’adapter : un esprit sain dans un corps sain, dans une maison saine et sur une planète saine. Voilà, à mon sens, l’intérêt de protéger notre planète, notre maison et notre corps : permettre à notre esprit de fonctionner en paix afin de trouver les clés de sa propre liberté.

Sauf mention contraire, toutes les photos présentes sur le site et le blog des Trois Maisons sont ma propriété exclusive. Si vous souhaitez les diffuser, demandez-en la permission via l’onglet de contact.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *