To do list ZD #1 Les dix premiers gestes pour se lancer dans l’aventure Zéro Déchet à Valence

Vous vous sentez prêts à relever le défi d’une vie sans déchets ? Mais vous ne savez pas trop par quoi commencer ? Pas de panique ! Il suffit de mettre en place quelques actions concrètes pour faire maigrir visiblement et durablement votre poubelle.

Ainsi, chaque mois, je vous propose la to do list du chasseur de déchets débutant.

Avant que nous commencions ensemble cette belle aventure, rappelez-vous que chacun doit avancer à son rythme, selon ses besoins et selon son budget. Et, si vous voulez mesurer vos efforts, je vous conseille de peser votre poubelle régulièrement.

(oui oui, votre famille et vos amis vous prendront pour un-e fou-lle)

Enfin, rappelez-vous que le but de la démarche Zéro Déchet consiste à traquer tous les déchets, même ceux qui se recyclent !

Prêts ? Feu, partez !

 

1 ** Je colle un autocollant « stop pub » sur ma boîte aux lettres 

  • Je m’en procure un à l’accueil de la mairie de Valence, du lundi au vendredi de 8 h à 18 h et le samedi de 8 h 30 à 12 h

  • Je le télécharge et je l’imprime moi-même en cliquant ICI

Economies pour ma poubelle : papier et plastique d’emballage (1)
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

2 ** Je bois l’eau du robinet 

  • Si je n’ai pas de bouteille réutilisable et solide chez moi, j’adopte une bouteille en verre ou en inox que j’achète en boutique bio ou en magasin de sport (chez Nature et Santé par exemple)

  • Je m’informe, si je le souhaite, sur la qualité de l’eau à Valence

Economies pour ma poubelle : bouteilles en plastique, bouchons
Economie pour ma santé : l’inox et le verre sont des matériaux inoffensifs pour la santé contrairement à certains plastiques, et l’eau du robinet est très contrôlée en France
Economies pour mon budget : même si le coût de l’eau du robinet varie grandement d’une ville à l’autre, l’eau en bouteille est généralement plus chère que l’eau du robinet
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

3 ** J’utilise des mouchoirs en tissu, j’offre la douceur à mon nez 

  • Je ressors les jolis mouchoirs à carreaux de mon papi ou bien j’opte pour des lingettes lavables plus discrètes, en coton écru « Ecodis » (par exemple) de chez Biocoop

Economies pour ma poubelle : papier, plastique d’emballage
Economies pour mon budget : adieu les mouchoirs sur la liste de courses !
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

4 ** Je remplace l’essuie-tout par des alternatives lavables

  • Il en existe plein ! J’utilise une éponge, un vieux t-shirt découpé, un essuie-tout lavable, une serviette éponge découpée en carrés… je n’ai que l’embarras du choix

Economies pour ma poubelle : éponges usagées, plastique d’emballage, tube en carton
Economie pour mon budget : adieu les éponges sur la liste de courses !
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

5 ** J’utilise des serviettes et des nappes en tissu

  • Je ressors le linge de table qui ne servait jamais et je le mets à l’honneur tous les jours

  • Je chine du linge de table chez Emmaüs ou en brocante

  • J’en fabrique moi-même avec du tissu d’occasion (Emmaüs, brocante…) en suivant si besoin, un atelier couture au Valence Atelier Libre

Economies pour ma poubelle : papier, plastiques d’emballage, tube en carton
Economies pour mon budget : adieu les serviettes et les nappes sur la liste de courses !
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

6 ** Je remplace mon éponge verte et jaune par des brosses en bois et un grattoir en cuivre

  • J’investis dans une brosse à poils souples et/ou à poils durs, ainsi que dans un grattoir en cuivre proposés par Biocoop

Economies pour ma poubelle : éponges usagées, plastiques d’emballage
Economies pour mon budget : plus d’éponges sur la liste de courses, je renouvelle mes brosses et mon grattoir moins d’une fois par an
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

7** Je remplace le coton par des lingettes lavables

  • Je découpe une vieille couverture polaire, ou je chine du tissu adéquat

  • Ou bien je choisis des disques tous faits en boutique bio, comme ceux de la marque « Anaé » chez Biocoop

Economies pour ma poubelle : cotons souillés, plastique d’emballage
Economie pour mon budget : adieu le coton sur la liste de courses !
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

8 ** Je remplace ma cafetière électrique par une cafetière à piston

  • Il en existe à tous les prix, en grande surface ou en boutique bio. Je choisis celle qui correspond à mon budget et à ma consommation de thé/café/tisane

Economies pour ma poubelle : filtres, dosettes, emballage carton des filtres et dosettes
Economies pour mon budget : électricité, adieu les dosettes et filtres dans ma liste de courses !
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

9 ** Je commence à acheter quelques aliments en vrac

  • Je me rends en boutique bio et je cible les produits de consommation courante : pâtes, riz, lentilles, haricots secs par exemple

  • J’utilise les sachets papier ou tissu proposés en boutique (Biocoop propose 5 sacs pour moins de 4€. Les sachets en papier, eux, sont gratuits…mais ce sont des déchets  )

  • Ou bien, je fabrique mes propres sachets en tissu en suivant un tuto en ligne ou un atelier couture au Valence Atelier Libre

Economies pour ma poubelle : cartons, papier, plastiques d’emballages, becs verseurs en plastique ou métal, denrées alimentaires périmées ou abîmées
Economies pour ma santé : les produits achetés en vrac en boutique bio sont en général de bonne qualité, ils sont aussi plus facilement traçables (moins d’intermédiaires dans leur cycle de production)
Economies pour mon budget : l’achat en vrac permet de diminuer le gaspillage alimentaire puisqu’on n’achète que la quantité dont on a réellement besoin
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets

10 ** Je sépare et/ou je composte mes déchets organiques 

  • Je me procure un petit seau et je sépare mes déchets organiques afin de pouvoir ausculter ma poubelle de déchets ultimes : ainsi je pourrai plus facilement mesurer mes efforts

  • Je cherche un composteur partagé près de chez moi : http://jeveuxmonbacbio.org/agir/

  • Si je n’ai pas de composteur partagé, je continue tout de même à séparer mes déchets organiques pour garder un œil sur le contenu de ma poubelle

Economies pour ma poubelle : les restes organiques peuvent représenter jusqu’à la moitié de la poubelle !
Economies pour mon nez : la poubelle, débarrassée de ces déchets putrescibles sera quasiment…propre. Adieu les poubelles qui sentent mauvais et qui coulent !
Economies pour ma collectivité : frais de traitement des déchets, apport de compost mûr pour augmenter la qualité des sols

Voilà, j’espère que cette liste ne vous fera pas peur. Les premiers pas dans la démarche Zéro Déchet vous conduiront peut-être à investir dans du matériel durable ou lavable (lingettes lavables, gourde en inox, cafetière à piston…). L’argent que vous y consacrerez sera largement compensé par la pérennité de ces objets. Pensez à toutes les éponges, cotons, bouteilles d’eau, filtres à café, rouleaux de sopalin que vous avez acheté jusqu’à présent. Faites le compte et jugez par vous même.

Et gardez à l’esprit que chaque geste compte, même le plus petit !

(1) La liste d’économies que je cite n’est pas exhaustive.

2 thoughts on “To do list ZD #1 Les dix premiers gestes pour se lancer dans l’aventure Zéro Déchet à Valence

  1. bonjour
    alors moi , je n’ai plus de Bébé et ne bois pas de café
    donc 2 de moins
    j’utilise toujours une éponge jaune/verte , j’avais fais une éponge en ficelle , une autre en tricot , mais cela ne me convenait pas
    je sépare mes déchets , mais pas non plus de composteur
    donc mes déchets organiques, je les congèle jusqu’au passage du ramassage des ordures ménagères afin que cela ne salisse pas mon container et ne sente pas mauvais

    1. Bonjour Myosotis, Bravo pour vos efforts ! Pour l’éponge j’ai testé aussi des alternatives qui ne m’ont pas convenu. Mais maintenant j’ai trouvé : j’utilise une brosse en bois avec des poils souples pour la vaisselle pas trop sale (elle fait super bien mousser le produit vaisselle et dure très longtemps) + un grattoir en cuivre pour la vaisselle très sale + un carré découpé dans une serviette éponge pour les surfaces planes. On trouve la brosse et le grattoir chez Biocoop notamment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *