La minute foodporn…

La démarche Zéro Déchet, au début c’est pas mal de principes, de recherches, de lectures, de tests, de ratés parfois. Mais une fois que les nouvelles habitudes sont prises, on commence à réellement profiter de ce mode de vie : on se fait plaisir !

Alors ce soir j’ai envie de partager avec vous mon repas de fin de week-end, histoire de détendre tout le monde.

C’est parti !

Entrée

Radis à la croque au sel

Radis achetés sur le marché, sel acheté en vrac. Je mange aussi les radicelles et je garde les fanes.

Plat

Soupe au miso

1 gousse d’ail achetée en vrac sur le marché (sans filet en plastique), 1 cs à soupe d’huile en bouteille de verre, deux carottes achetées sur le marché, 1/2 cc de galanga acheté en vrac chez l’épicier de mon quartier, les fanes des radis, 500 cl d’eau du robinet, 2 cc de miso d’orge fabriqué en France.

Dessert

Yaourt aux pommes rôties

2 cs de yaourt maison sans four et sans yaourtière (la recette ici). 1 pomme achetée sur le marché, coupée en dés et passée à la poêle avec un peu d’eau du robinet. 1 cc de sucre roux acheté en vrac.

********************

Les déchets non recyclables produits en partie par ce dîner

1 élastique (qui entourait la botte de radis)

1 bouchon (bouteille d’huile) : après de nombreux  repas

1 couvercle (bocal de miso)  : après de nombreux repas

1 pot et son opercule (de yaourt qui a servi de ferment pour mon yaourt, équivalant à 8 pots environ) : j’aurais pu l’éviter en prélevant une cuillère de mon précédent yaourt

Les déchets recyclables produits en partie par ce dîner

1 bouteille en verre (d’huile) : après de nombreux repas

1 bocal (de miso) : après de nombreux repas

Les déchets non recyclables évités

Sacs plastiques proposés par mon maraîcher, tickets de caisse, filet plastique violet dans lequel les aulx sont parfois vendus, bouteille d’huile en plastique, filet ou sachet plastique dans lesquels les carottes sont parfois vendues, petite bouteille type ducros ou sachet plastique dans lesquels les épices sont parfois vendues, bouteille d’eau, pots de yaourt et leur carton, sachet plastique dans lequel les pommes sont parfois vendues, pot de sucre en carton ou plastique.

Save the date ! Jeudi, tous au Cause Toujours !

La démarche de Christine 

Dans la Drôme, la démarche Zéro Déchet fait des émules. C’est le cas de Christine qui s’est lancée depuis deux ans dans la réduction de ses déchets. Elle en parle dans son blog:

http://reduire.canalblog.com/

Son témoignage, plein de bon sens, sans dogmatisme ni culpabilisation m’a beaucoup inspirée. Et étant drômoise également, nous avons pu échanger quelques astuces ou bonnes adresses près de chez nous.

Une histoire de yaourt

C’est notamment grâce à Christine que j’ai trouvé du lait en vrac ailleurs qu’à la ferme du Valentin. Elle m’a indiqué deux distributeurs automatiques (l’un à Toulaud, l’autre à Charpey pour ceux qui sont du coin). C’est en partie grâce à elle que je peux fabriquer mon propre yaourt, source d’une grande satisfaction personnelle (oui, je me satisfait de peu) et surtout un soulagement pour ma poubelle. Si vous ne l’avez pas déjà fait, je vous conseille d’ailleurs d’adopter ma technique pour la fabrication du yaourt; technique qui vous demandera un équipement très pointu : un bocal et un bonnet !

Mais revenons à la démarche de Christine 

Elle vous dira tout jeudi, lors d’une causerie dans un des endroits très chouettes que j’affectionne à Valence : le café associatif, le Cause Toujours. Le café organise régulièrement de plaisantes causeries, où chacun vient avec ses questions, ses propositions et où l’échange se fait dans le respect et autour d’une des nombreuses douceurs que propose le café.

On récapitule

Causerie « Réduire votre empreinte sur l’environnement par la réduction des déchets », au Cause Toujours (8 rue Gaston Rey 26000 Valence – 09 73 11 85 75)

Jeudi 5 janvier 2017 à 19h

(et non pas 19h30 comme indiqué sur le programme!)

logopetit

 

Des idées pour un Noël sans déchets

Cet article arrive un peu tard, j’en conviens ! Ceux qui me côtoient savent déjà que j’ai décroché un nouveau job, qui a pas mal bouleversé mon planning zéro déchet. Mais qui reste dans le thème puisque c’est dans une ressourcerie que je vais m’investir defaçon un peu plus pro.

Allez, sans plus attendre, je vous propose en vrac les idées auxquelles je pense, pour un Noël respectueux de nos trois maisons : notre corps, notre logement et notre planète.

Des idées comme cela il y en a des centaines que vous pouvez trouver sur internet. Ici, je vous donne juste un peu d’inspiration !

wp_20161201_003-1

Les incontournables cadeaux de Noël

Incontournables ? Vraiment ? Et si vous limitiez leur nombre cette année ? Pour limiter votre impact, pour les acheter de meilleure qualité et pour que vos proches en profitent vraiment. Voici tout de même quelques idées : il y en a pour tous les budgets. J’ai déjà essayé la plupart avec succès.

  • 1 panier garni de produits alimentaires ou cosmétiques locaux
  • 1 panier garni de produits alimentaires ou cosmétiques faits maison
  • Des livres sur le sujet de la réduction des déchets si vous sentez que vos proches sont dans l’attente de conseils : rendez-vous dans la Médiathèque si vous ne savez pas quoi acheter
  • Des cosmétiques éco-responsables : j’en ai testé quelques uns de la marque Pachamamai
  • Une gourde Qwetsch en inox
  • Un vêtement éthique
  • Une série DVD achetée d’occasion ou téléchargée : offrez-la sur clé USB dans une jolie boîte faite maison
  • De la musique sur une clé USB
  • Un bon pour : un spectacle, un concert, un soin, un ciné, un restau, un we (organisé par vos soins)…
  • Un kit zéro déchet : lingettes, sacs à vrac…
  • Un objet convoité, d’occasion : la Bon Coin est votre ami ! Notez que les enfants ne seront pas fâchés d’avoir un jouet d’occasion si vous leur expliquez votre choix et si vous donnez toute votre créativité dans l’emballage du cadeau 😉

Pour emballer tout ça ?

Vous n’en n’avez pas marre de la montagne de papier cadeau kitch après la passage du gros bonhomme rouge ? D’autres jolies solutions existent !

  • Utiliser des matériaux de récup’ : jolis papiers cadeaux, jolis emballages (papier de soie des chaussures par exemple), jolis tissus récupérés, belles images dans les revues…
  • Tester la méthode furoshiki 

On passe à table ?

Là encore, si on choisissait moins mais mieux ? Le repas sera-t-il plus convivial si vous prévoyez à manger pour 20 alors que vous êtes 5 ?

  • Planifiez vos repas de fêtes à l’avance
  • Faites une liste de courses et respectez-la
  • Fuyez les supermarchés et leurs montagnes de produits en promo et couverts de paillettes
  • Allez plutôt faire le marché, rencontrez vos producteurs locaux, découvrez votre coopérative de producteurs, votre AMAP, votre Ruche qui dit Oui : c’est le moment de faire le plein de bon produits de chez vous
  • Prenez le temps de faire un maximum de plats vous-même : vous régalerez vos convives, vous serez fièr-e de vous et vos repas seront sans doute plus sains
  • Et pourquoi ne pas réduire un peu les produits d’origine animale ? Les produits animaux ont un impact négatif sur la santé de notre planète et de nos corps.Vous manquez d’inspiration ? Moi en ce moment j’aime assez le blog de Mélanie : Le cul de poule

C’est jouable, non ?

De quoi être coquette à côté de chez vous

Une fois n’est pas coutume, on va s’adonner à la minute girly…

Quand j’ai commencé à acheter des bijoux fantaisie j’allais immanquablement vers les revendeurs de babioles made in China, Taïwan et compagnie. Pourquoi ? Parce que j’étais persuadée que l’artisanat local n’était pas dans mes moyens. Et puis de fil en aiguille, j’ai fabriqué moi-même des bijoux fantaisie, je les ai vendus et là, j’ai découvert le petit monde des créateurs et créatrices…

Des inventif.ve.s, des poète.sse.s du bricolage et de la minutie; et qui œuvrent à côté de chez moi, à qui je peux parler, faire des demandes, que je peux complimenter sur leur travail. Et tout cela pour un prix à ma portée.

 Une création signée les Michettes

Tenez, aujourd’hui, à Valence c’est le traditionnel Springshop, un marché de la création organisé par l’association des Mouchettes. L’objectif des Mouchettes ? Promouvoir le fait-main, le local, les belles choses et les gens sympas; beau programme non ?

Voilà un bon plan pour acheter des bijoux fantaisie dans le respect de ceux qui les fabriquent et de la planète. Je ne vous fais pas un topo sur la pollution générée par le transport commercial, ni sur le travail des enfants. Quoique, j’en ferai certainement un quand même…

Donc résumons, pour acheter équitable, joli, écologique, on peut se tourner vers les associations d’artisans et de créateurs. On peut aussi se procurer de jolies choses chez Artisans du Monde, par exemple. Et on peut se renseigner autour de soi, auprès de ses proches ou sur internet. Ici à Valence, on peut trouver des infos sur les créateurs locaux grâce au site de la Drôme mais aussi chez les blogeureuses comme chez Fringito.  Tous ces gens aiment leur région et ses savoir-faire, ils ne demandent qu’à les partager avec vous !

Allez, je vous parle de ma dernière trouvaille ; deux amies qui se sont lancées récemment : les Michettes ! (à ne pas confondre avec les Mouchettes) Elles sont motivées à fond et ont plein d’idées. J’ai d’ailleurs craqué pour un joli bracelet en pierres pas plus tard qu’hier (que vous voyez au début de ce post). Alors, filez voir leur boutique et contactez-les, elles sont adorables et douées.

Crédit photo : Les Michettes

http://fr.dawanda.com/shop/LesMichettes

Résumons : j’habite à Valence ou je suis de passage. Je veux être coquette en respectant les créateurs et la planète, alors je vais jeter un œil :

– Aux marchés de créateurices

– Auprès des associations comme les Mouchettes

– Chez les bloggeurses  (http://www.fringinto.com/)

– Chez les pros du tourisme (http://www.ladrometourisme.com/fr/)

– Chez Artisan du monde (http://www.artisansdumonde.org/)

-Directement sur la boutique des créateurices comme les très chouettes Michettes

(http://fr.dawanda.com/shop/LesMichettes)

Crédit photo : Les Michettes

Savoir faire son sirop maison

Avant de m’engager dans la démarche Zéro Déchet j’achetais parfois des sirops pour les rafraîchissements de l’été. J’habite dans la Drôme et les étés y sont souvent caniculaires. N’étant pas satisfaite des sirops aux couleurs fluorescentes de chez Teisseire, je me suis tournée vers une marque qui me semblait plus…plus je-sais-pas-trop-quoi… Plus « artisanale » ? Plus locale ? Moins sucrée ? Moins colorée ?

J’étais un peu perdue et, comme je fréquentais encore les grandes surfaces, j’ai succombé aux sirènes du marketing : celui qui utilise les termes de « tradition », « artisanal », « moulin »…bref, de l’industriel qui se veut « comme au bon vieux temps ». J’ai donc acheté des sirops du Moulin de Valdone parce qu’il ont une usine en Rhône-Alpes et que leur petit moulin sur la bouteille apaisait ma conscience.

Mais côté sucre et couleurs improbables, c’était pareil. Ce qui n’a rien d’étonnant quand on sait que la société du Moulin de Valdone appartient… à Teisseire.

En y réfléchissant, je me suis rappelé qu’une amie m’avait donné la recette du sirop; et que j’avais de la menthe fraîche dans mon tout petit jardin; et qu’il y en a régulièrement au marché quand c’est la saison. J’ai donc commencé mes tests par le sirop de menthe.

LES INGRÉDIENTS  ET LE MATÉRIEL

  • 1 bouteille a gros goulot

  • 150 feuilles de menthe fraîche

  • 150 gr de sucre

  • 1 litre d’eau

LA RECETTE

  • Hacher les feuilles, les mettre dans une casserole ou un bocal

  • Verser 1 litre d’eau bouillante dessus

  • Laisser macérer 24 heures

  • Filtrer

  • Verser l’infusion dans une casserole avec le sucre

  • Porter à ébullition en tournant, maintenir l’ébullution au moins 1 quart d’heure

  • Laisser refroidir et mettre en bouteille

LES CONSEILS

  • Ne soyez pas surpris-e, votre sirop sera moche et liquide, c’est la preuve qu’il ne contient que de bons ingrédients !

  • Pour ma dernière fournée j’ai remis les feuilles dans le sirop…je trouve ça bon, et ça cache un peu la couleur maronnasse du sirop.

  • Essayez de prendre le sucre roux en vrac chez Biocoop, il est cher mais c’est vraiment un bijou.

  • Sur la photo, vous voyez que la bouteille sors du frigo. c’est une mauvaise habitude que j’ai prise, ça n’est absolument pas nécessaire si vous nettoyez bien vos ustensiles, mettez suffisamment de sucre et fabriquez votre sirop en petites quantités.

 Vous le sentez, ce vrai goût de menthe ?

Savoir faire son yaourt sans four et sans yaourtière

Aujourd’hui je vous dis comment faire du yaourt en dépensant le moins d’énergie possible.

Pourquoi faire son propre yaourt ?

  • Parce qu’il est difficile de connaître la provenance du lait contenu dans les yaourts industriels.

  • Parce que les yaourts industriels sont moins bons au goût (c’est mon avis personnel, dans les yaourts maison je conserve la crème du lait, elle donne un super goût !)

  • Parce que les yaourts bio, « traditionnels », fermiers tous faits sont en général assez chers (là c’est surtout un ressenti hein, je n’ai aucune donnée fiable)

  • Parce que les yaourts du commerce, qu’ils soient dans des pots en plastique, en verre ou en terre génèrent des déchets pas toujours recyclables. Et que même recyclable, un déchet pollue et coûte de l’argent.

  • Parce que c’est facile et rapide de faire son yaourt

Combien ça coûte ?

  • 0,50€ pour 1 yaourt fermier au lait cru (que j’achète à une coopérative de producteurs : la Ferme Maubourg) ou 0€ si j’ai gardé un peu de mon précédent yaourt

  • 1€ pour 1 litre de lait cru que j’achète à la ferme école du Valentin mais que je pourrais aussi acheter dans un distributeur automatique, une boutique bio ou une coopérative de producteurs

  • quelques centimes pour l’énergie qui amènera le lait à ébullition. Je n’ai pas fait de calculs sérieux, on peut cependant s’amuser avec des calculateurs en ligne (attentions, ils donnent rarement la source de leurs données et leurs méthodes de calcul.Les résultats sont donc à prendre avec du recul, pour se donner un ordre de grandeur)
  • Soit moins de 2€ pour environ 8 yaourts au lait cru, faits à partir d’ingrédients locaux et de qualité

 Ça prend combien de temps ?

  • Le temps de faire bouillir le lait (5 minutes environ), de le laisser refroidir (10 à 15 minutes voire un peu plus en été) et de le mettre à fermenter (2 minutes) : soit un peu plus de 20 minutes (le temps de faire le repas du soir en somme)

  • Le yaourt est prêt à manger 6 heures après

 

LES INGRÉDIENTS ET LE MATÉRIEL

  •  1 litre de lait entier/cru 

  • 1 yaourt au lait cru ou une grosse cuillère de votre yaourt précédent

  • 1 casserole bien propre

  • 1 thermomètre à rôti

  • 1 grosse cuillère bien propre

  • 1 petit linge (vieux t-shirt découpé), ou autre tissu

  • 1 bocal le parfait bien propre avec un joint

  • 1 bonnet et une écharpe si besoin (sisi)

LA RECETTE

  • Faites votre yaourt le soir, pendant que vous préparez le dîner

  • Versez le lait dans la casserole

  • Dès l’ébullition, avant que le lait ne se sauve, coupez le feu

  • Plongez le thermomètre, calez-le sur le bord de la casserole

  • Laissez refroidir le lait

  • A 45° pile, versez le lait dans le bocal

  • Versez le yaourt dans le lait en mélangeant très légèrement à la cuillère (ou bien versez une grosse cuillère de votre yaourt précédent)

  • Placez le petit linge sur le bocal et fermez le couvercle avec le joint (pour absorber la condensation et éviter de rendre votre yaourt trop liquide)

  • Déplacez tout doucement votre yaourt à un endroit où personne n’y touchera

  • Mettez-lui le bonnet et n’y touchez plus (au moins pendant 6 heures)

  • Le lendemain matin, mettez-le au frais

LES CONSEILS

  • 45° ni plus, ni moins (au risque d’avoir un yaourt liquide)

  • N’y  touchez pas pendant la fermentation

  • Au moment de déguster, servez-vous toujours avec une cuillère bien propre

  • Sachez qu’avec du lait demi-écrémé, ça fonctionne moins bien et c’est moins bon

  • Soyez fou-lle, mangez-le avec de la confiture, de la compote, de la crème de marron, du concombre, du miel, de la ciboulette, de l’ail, de la cannelle…

  • Servez-vous le premier quand vous commencez le pot car c’est là que vient se loger toute la crème ! 😉

 

Alors prêt-e à vous lancer ?